Infos patients

Tout ce que vous devez savoir avant votre Hémodialyse

Comment se déroule votre hémodialyse

Les séances de dialyse se déroulent à une fréquence de 3 fois par semaine, au sein de notre clinique TIZI REINDIAL, le patient est pris en charge par notre équipe médicale durant les 3h du traitement.

Avant la séance de dialyse

Une fois la décision d’un traitement par dialyse prise, il faut pouvoir accéder au sang, on parle d’accès vasculaire, pour cela  le patient est orienté pour la création d’une fistule qui servira à réaliser ses séances d’hémodialyse, il lui faut 3 à 4 semaines pour la cicatrisation afin d’être fonctionnelle. En cas de dialyse en urgence, des branchements sur cathéter sont également effectués.

Il faut savoir que les séances de dialyses sont réalisées un jour sur deux à horaires fixes et qu’une séance dure environ 4 heures, il faut donc prévoir une tenue confortable et de quoi s’occuper.

Déroulement de la séance de dialyse

A  son arrivée au centre, le patient est pris en charge par les infirmiers. Il est pesé afin de déterminer l’excès d’eau à éliminer et installé confortablement.(lavage des mains, lavage de la fistule artério-veineuse, confort d’assise…).

L’infirmier prend les paramètres du patient (Tension Artérielle, Pouls) puis prépare son programme de dialyse personnalisé sur le générateur.

Après une désinfection du site de ponction, il effectue la ponction de la fistule artério-veineuse. Le sang est ponctionné par des aiguilles. L’une sort le sang du corps de la veine et l’autre le réintroduit dans l’artère, plus en amont de la circulation sanguine. Un anticoagulant est injecté pour éviter que le sang ne coagule dans le circuit  et la dialyse peut débuter.

Durant la séance de dialyse

une collation peut être servie, la télévision et l’accès WIFI sont à disposition.

A la fin de la séance de dialyse

Le sang du patient lui est restitué et les abords retirés de la fistule artério-veineuse. L’infirmier recouvre les points de ponction de pansements, le patient peut regagner son domicile. En cas de fatigue, il peut se reposer dans les locaux avant son départ.

Comment se fait le diagnostic de l'insuffisance

Les maladies rénales sont très difficiles à diagnostiquées car elles ne présentent des symptômes qu’à un stade avancé. Cependant, le patient peut ressentir quelques signes avant-coureurs bien qu’ils ne soit pas spécifiques aux pathologies rénales: besoin fréquent d’uriner, notamment la nuit, mauvais goût dans la bouche, perte d’appétit, nausées, essoufflement, démangeaisons persistantes, crampes nocturnes, gonflement des paupières et/ou des chevilles…

Le diagnostic est le plus souvent fait à l’occasion d’une prise de sang réalisée pour une autre maladie ou avant une opération. il repose sur la confirmation de la diminution de la filtration glomérulaire par élévation du taux de la créatinine dans le sang qu’il est possible d’apprécier par la mesure de la clairance de la créatinine sur 24 heures. Son taux ne doit pas dépasser 115 micromoles par litre, soit 7 à 13 mg.

Il est important de faire un dépistage systématique chez les personnes qui ont un ou plusieurs facteurs de risque, en particulier le diabète et l’hypertension artérielle.

  •  Le dysfonctionnement du rein est également évalué en mesurant la quantité de plasma sanguin filtré par minute par les reins.
  •   le diagnostic devra être confirmé, en répétant les tests dans les 3 mois qui suivent, de préférence dans le même laboratoire et complété par une échographie rénale.
  •  Une fois le diagnostic posé, un bilan complet permet de rechercher la cause de la maladie rénale chronique et ses éventuelles répercussions sur l’organisme.